Vivre avec une Polestar : aller en Corse et en revenir

L'autonomie limitée des véhicules électriques, l'occultation de leurs effets sur l'environnement et leur coût élevé sont fréquemment mis en avant. La conduite électrique n'est toutefois pas aussi compliquée que vous pouvez le croire. Pour vous le démontrer, nous avons estimé qu'il valait mieux laisser l'un de nos clients vous présenter son cas.

Family of three standing next to a black Polestar 2 with an open tailgate.

Nous avons rencontré Frans, propriétaire d'une Polestar, et ses deux fils en périphérie de Göteborg, par un jeudi après-midi frisquet. Désirant en savoir davantage sur sa vie avec une Polestar, nous lui avons posé des questions sur tous les aspects de celle-ci, de la recharge à l'expérience de conduite électrique.Natif de Göteborg, Frans est père de trois enfants et possède sa propre entreprise de charpenterie. Dans sa jeunesse, Frans conduisait une Passat break de 1996 arborant la marque Aston Martin sur les flancs. Les années ont passé, et le voilà maintenant au volant d'une Polestar 2. Interrogé sur les raisons pour lesquelles il a choisi la conduite électrique, Frans en mentionne plusieurs. « La principale, c'est l'environnement, bien sûr, mais la conduite électrique est également juste extraordinaire. » Lorsqu'il a reçu sa Polestar 2, les réactions dans son entourage ont été mitigées. On soulignait le fait que les véhicules électriques ne sont pas aussi bénéfiques pour le climat qu'on le pense et que la recharge serait compliquée. « Mon argument, c'est que si vous devez acheter une voiture neuve, il vaut évidemment bien mieux acheter une voiture électrique qu'une diesel », observe Frans. Il ne comprenait pas non plus l'argument économique, considérant que le passage à l'électrique lui a permis d'économiser de l'argent. « Avec une diesel, j'aurais payé 40 000 couronnes suédoises l'année dernière, c'est-à-dire le double du coût actuel », précise-t-il. Nos recherches montrent que la conduite électrique bénéficie à la fois à l'environnement et à votre budget. Le cas de Frans n'en est qu'un exemple.

Malgré le scepticisme de certains, Frans n'a jamais vu autant de ses amis désireux d'essayer sa voiture. « Même si vous êtes limité à 90 km/h, cela reste très rapide », ajoute-t-il en souriant.

L'année dernière, Frans et toute sa famille ont traversé l'Europe en Polestar pour se rendre, par étapes, en Corse. À défaut d'autre chose, cela montre en tout cas que l'électrique ne vous limite pas dans vos choix de destination.

Sur le chemin du retour vers Göteborg, il a dû s'arrêter à dix reprises pour recharger la voiture. Cela ne lui a pas posé de problème : « Vous conduisez pendant deux heures et demi puis vous rechargez pendant une demi-heure ; pour une famille, c'est très bien, car les enfants peuvent lâcher leurs écrans pendant un moment pour aller courir. »

Dans la file d'attente pour l'embarquement sur le ferry vers la Corse, les moteurs devaient être arrêtés. Les gens ont donc dû supporter les 38 °C sans climatisation. Les gens certes, mais pas Frans et sa famille, étant donné que sa voiture n'avait pas de moteur. « Nous avons vraiment fait des jaloux à nous prélasser dans notre voiture parfaitement climatisée », explique-t-il en riant.

Si Frans estime que ce voyage a été un franc succès, il voit néanmoins des choses à améliorer. Plus spécifiquement, il a remarqué que l'infrastructure de recharge laisse toujours à désirer. Il a fréquemment dû s'arrêter alors que son autonomie lui aurait permis d'aller plus loin, simplement parce que la distance jusqu'à la station de recharge suivante était trop importante. « Si les points de recharge étaient deux fois plus nombreux, j'aurais pu conduire jusqu'à ce que la batterie soit pratiquement vide avant de recharger », remarque-t-il.

Néanmoins, Frans souligne qu'il ne rencontre jamais ces problèmes au quotidien. Il recharge sa voiture à domicile, et ne risque donc jamais de tomber en panne d'électricité. Qu'il s'agisse d'aller au travail, d'emmener les enfants à l'entraînement de football ou de se rendre en forêt pour une balade, Frans n'a jamais à penser au niveau de charge de la batterie. « C'est super de toujours disposer d'une voiture entièrement rechargée », estime-t-il. Nous avions préparé des questions concernant les soucis d'autonomie, mais Frans n'en a tout simplement pas. « C'est possible que vous y pensiez un peu au début, mais vous réalisez rapidement que si vous branchez la voiture durant la nuit, vous serez toujours capable d'aller là où vous le désirez », explique-t-il.

La distance quotidienne moyenne parcourue en automobile s'élève, dans l'UE, à 32,9 km. En substance, l'exemple de Frans montre que vos déplacements quotidiens n'exigent pas 400 km d'autonomie. Et s'ils venaient à l'exiger, un petit peu de planification et de détermination vous permettront d'aller jusqu'en Corse, et d'en revenir.

Connexe

Three of Thibeau Scarcériaux's designs.

Réfléchir aux tabous avec l'artiste belge Thibeau Scarcériaux

Le design est partout. Il peut être bon, il peut être mauvais. Il peut également nous faire réfléchir. À travers son travail, l'artiste fonctionnel belge Thibeau Scarcériaux s'efforce de faire réfléchir et de faire parler de sujets tabous.

Restez au fait de toutes les actualités de Polestar

S'abonner
Polestar © 2023 Tous droits réservés
Avis juridiquesÉthiqueConfidentialitéCookiesDéclaration d'accessibilité