Inventaire d’un coffre avant, avec Antti Autti

Aux confins nord de la Finlande, où les paysages enneigés battus par les vents d’hiver s’étendent à perte de vue, nous rencontrons un homme qui a laissé son empreinte sur les pentes poudreuses. Antti Autti, snowboarder professionnel originaire de Rovaniemi, n’a pas seulement conquis les sommets. Ardent défenseur de son sport, il conjugue sa passion du snowboard à son engagement en faveur du développement durable.

« Ma trousse d’analyse de la neige est toujours rangée ici », commence le champion finlandais de snowboard en ouvrant le coffre avant de la voiture. « C’est un outil important pour ce que je fais aujourd’hui en hors-piste. Je cherche à comprendre le comportement de la neige ». Bienvenue dans l'intimité de la Polestar 2 d’Antti Autti, où se cachent ses effets personnels courants et plus inhabituels. Antti a cependant débuté beaucoup plus tôt dans l’univers du snowboard, attiré dès l’âge de 10 ans par la liberté que lui offrait ce sport. L’envie rebelle de laisser sa marque dans la poudreuse s’était emparé de son imaginaire, loin des sports d’équipe structurés de ses années antérieures. À 13 ans, le sport professionnel s’impose comme une possibilité accessible. À 17 ans, il signe son premier contrat et s’engage dans une carrière où il décroche des victoires lors de compétitions prestigieuses comme les X Games de 2005, mais aussi deux médailles d’or aux Championnats du monde.

Cependant, Antti considère que son épanouissement ne se mesure pas uniquement par les trophées, mais aussi par le plaisir des instants les plus fugaces vécus en montagne. Que ce soit pour explorer les reliefs de l’Arctique, sa région d’origine qu’il affectionne, ou participer aux épreuves de superpipe au Japon, la passion d’Antti pour le snowboard est toujours au rendez-vous.

« Je n'oublierai jamais les compétitions, où plus de 70 000 spectateurs m'on regarder exécuter des figures. Mais pour moi, ma plus grande satisfaction est de continuer à prendre du plaisir, même pendant la journée la plus banale en montagne ou dans une station de ski, et plus généralement de trouver de nouvelles sources de motivation pour progresser en snowboard », explique Antti.

01/05

Au-delà du frisson de la compétition, Antti inscrit sa carrière dans une approche globale. Engagé dans des initiatives de sensibilisation au changement climatique auprès des amateurs de plein air, il s’est investi dans des projets comme « Arctic Lines », une exploration sur trois ans des pentes variées de sa région natale. « Cette initiative m'aide à en apprendre beaucoup sur moi-même et sur la montagne », résume-t-il. Ce projet privilégie l’exploration à la seule énergie humaine et le rapport à la nature, des thèmes qui dépassent le cadre du snowboard en tant que discipline.

Présenté à la marque Polestar il y a quelques années, Antti a été immédiatement séduit par son style et son ambition à réduire les émissions. En particulier, la Polestar 2 correspond aux valeurs qu'il prône, en proposant un moyen de transport doublé d’une expérience en phase avec sa passion pour les paysages vierges et préservés. Pour quelqu’un qui examine chaque détail de son équipement, le design et l’expérience de conduite de la Polestar 2 lui ont laissé une impression durable.

« Je me sens en symbiose avec la voiture quand je conduis. Lorsque je fais du snowboard en montagne, j’essaie de trouver le tracé le plus propre et le plus agréable. D’une certaine manière, quand je roule en Polestar 2, j’éprouve une sensation comparable », explique Antti. 

Close up of Antti Autti.
A landscape image of a snowy Northern Finland.
Mais pour moi, ma plus grande satisfaction est de continuer à prendre du plaisir, même pendant la journée la plus banale en montagne ou dans une station de ski.
Antti Autti, snowboarder professionnel

La relation d’Antti avec sa Polestar 2 ne s’arrête pas au siège conducteur. Lorsqu’il ouvre le coffre avant et le coffre arrière de sa voiture, le kit type du snowboarder apparaît : un snowboard, des bottes, un casque, des lunettes de ski, un sac à dos rempli d’eau et l’indispensable trousse de premiers secours. Mais c’est le contenu du coffre avant qui attire l’attention : sa « trousse d’analyse » des étendues enneigées.

« En ce moment, mon endroit préféré pour faire du snowboard est l’Arctique. C’est ma terre natale et je la trouve très intéressante, car son manteau neigeux évolue constamment. Il faut donc très bien comprendre la nature pour pouvoir prendre des grosses pentes ou se mesurer à la montagne. C’est quelque chose que j’apprécie de plus en plus dans ma carrière », poursuit Antti.

Armé d’une pelle, d’un balai et d’une scie à neige, Antti fouille les complexités de l’état de la neige. La trousse d’analyse lui permet de déterminer les caractéristiques en perpétuelle évolution du manteau neigeux, une précaution essentielle dans ses aventures en hors-piste.

« En général, je trouve un endroit dans l’arrière-pays et je creuse une fosse dans la neige, qui me permet de l’étudier et d’en savoir plus sur son état. J’apprends la façon dont se forme le manteau neigeux, ce qui m’aide à comprendre ce qui se passe pendant l’hiver pour prendre des décisions sûres et avisées lorsque je fais du snowboard », précise Antti, tout en nous détaillant le contenu de sa trousse.

Alors qu’il creuse les profondeurs du manteau neigeux, Antti ne recherche pas seulement les sensations des descentes en snowboard. Il s’immerge dans la science de la montagne. Le coffre avant de sa Polestar 2 se transforme en laboratoire mobile, traduisant un mélange harmonieux d’aventure et de responsabilité environnementale.

01/03

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Beyond the Road : Tanja Sotka

Bienvenue dans le troisième épisode de Beyond the Road, une série d'articles qui vous présente des propriétaires de Polestar du monde entier. Dans cet épisode, nous allons à la rencontre de Tanja Sotka, agente immobilière, dans les paysages isolés et sereins de la Laponie finlandaise, qui lui procurent réconfort et motivation.