Nouvelles

Le point de vue du développeur : Video Player

Du bon temps, ce n’est pas du temps perdu.

Les émulateurs sont aussi utilisés dans le cadre du développement mobile, mais c’est complètement différent pour les véhicules. Un bon émulateur est primordial.

Le temps de charge compte parmi les arguments les plus forts avancés contre l’adoption généralisée des VE. S’il est vrai qu’il faut plus de temps pour recharger que pour faire le plein (selon la méthode de chargement et d’autres facteurs), ce temps supplémentaire peut être mis à profit, par exemple pour diffuser du contenu vidéo en streaming.

Video Player est une application de streaming qui permet aux occupants de la Polestar 2 de regarder du contenu provenant d’un nombre croissant de fournisseurs dans plusieurs pays. Il s’agit également d’une des premières applications développées en interne chez Polestar, spécialement pour la Polestar 2.

« Je suis plutôt satisfait de l’accueil réservé à Video Player », a déclaré Oskar Björkström, développeur chez Polestar. « J’ai l’impression que l’app a atteint son objectif, à savoir présenter aux gens les possibilités du système et les amener à parler. »

Fort de son expérience en développement Android, Oskar Björkström affirme que les similitudes sont nombreuses entre le développement d’applications pour les appareils mobiles et pour les véhicules. En particulier avec des applications comme Video Player, qui ne fonctionne que lorsque la voiture est à l’arrêt, pour d’évidentes raisons de sécurité. « Si vous n’indiquez pas explicitement que l’application peut aussi fonctionner pendant la conduite, le système bloque l’interface utilisateur lorsque des optimisations sont nécessaires pour le conducteur », explique-t-il. « La sécurité est donc automatiquement assurée. Pour le reste, c’est extrêmement similaire au développement Android classique. »

Oskar Björkström fait également l’éloge de l’émulateur de Polestar, soulignant son utilité lors du développement d’applications pour un type d’appareil mobile totalement différent. « Dans le cadre du développement mobile, vous pouvez déployer le système sur un appareil pour vous faire une idée de l’expérience réelle », poursuit-il. « Les émulateurs sont aussi utilisés dans le cadre du développement mobile, mais c’est complètement différent pour les véhicules. Un bon émulateur est primordial. »

Autre élément clé des applications pour véhicules : les modèles. Fournis par Google, ces modèles couvrent les éléments les plus importants et les plus complexes du déploiement d’une application embarquée. Mais pour certaines applications, notamment une application de streaming, il n’y a pas de modèles. D’où l’importance du développement et de la distribution de Video Player en tant qu’application OEM, avec les développeurs de Polestar pour combler les lacunes.

Oskar Björkström souligne par-dessus tout qu’il est moins compliqué qu’il y paraît de passer des applications mobiles aux applications pour véhicules, même s’il admet quelques écueils. « C’est un système bien connu en termes de développement et de distribution », précise-t-il au sujet du système d’exploitation Android Automotive OS de la Polestar 2. « Il arrive cependant qu’on se heurte à un mur et qu’on se rappelle qu’il s’agit d’une voiture. Ce n’est pas un appareil qu’on peut envoyer valser. »

« Certaines personnes se demandent comment elles vont manipuler l’interface utilisateur du véhicule en cours de conduite et d’autres choses du genre », poursuit-il. « Mais si l’application n’est pas censée le faire, c’est très simple. Il n’est pas nécessaire de maîtriser en profondeur les applications automobiles si l’on veut faire certaines choses. Google sort de plus en plus de modèles, mais nous pouvons aussi vous aider, combler les lacunes. »

Connexe

Temps forts de l'été 2021

Cette saison estivale s'est caractérisée par des collaborations, des campagnes et des événements. Comme chaque été, nous l'avons fait à la manière de Polestar.

Polestar © 2021 Tous droits réservés
Changer de lieu: