Retour Vue d'ensemble

Assainissons l'atmosphère

Les véhicules électriques ont toujours été commercialisés en tant que véhicules « propres ». Nous avons nous-mêmes cédé à la tentation. À certains égards, toutefois, c'est indiscutable : une voiture à moteur à combustion interne émet en moyenne 4,6 tonnes de dioxyde de carbone par an alors qu'un véhicule électrique en émet en moyenne 0. Difficilement contestable.

Toutefois, si elle n'est pas négligeable, il ne s'agit que d'une pièce du puzzle de la mobilité. Par exemple, si l'électricité qui recharge un véhicule électrique n'est elle-même pas propre, alors l'empreinte carbone de celui-ci augmente, les émissions n'ayant pas été éliminées mais seulement déplacées du véhicule lui-même à sa source d'énergie. C'est un jeu de dupes polluant et sans gagnants.

La pandémie mondiale actuelle a changé le monde que nous connaissions en réduisant les déplacements, ce qui a entraîné une baisse de la pollution atmosphérique. Les cieux inhabituellement bleus dans le monde entier nous ont opportunément rappelé la nécessité de lutter sérieusement contre les émissions et ils offrent un argument de poids en faveur des véhicules électriques. Les clients voient désormais que le passage à l'électrique a un sens.

Toutefois, ils hésitent également, et avec raison. L'écoblanchiment des véhicules électriques susmentionné a mené nombre d'entre nous à trouver que, combustion interne ou non, il y a encore trop de CO2. Le scandale du Dieselgate a sapé encore davantage la confiance qu'accordaient les consommateurs aux constructeurs automobiles. « Les ménages ont acheté des voitures diesel car ils voulaient contribuer à protéger l'environnement, et on leur a menti », estime le directeur général de Polestar, Thomas Ingenlath, dans un récent éditorial.

Il nous faut désormais être totalement transparents : honnêtes concernant les progrès accomplis et les échecs subis, de bonne foi quant à la véritable incidence des véhicules électriques sur l'environnement et à la réalité des systèmes d'approvisionnement et de production concernés, et francs à propos de la façon dont ces problèmes sont abordés.

Nous détaillerons bientôt les mesures que nous prenons sur ces questions. Nous espérons en voir autant de la part de nos contemporains, car c'est dans l'intérêt de tous : des consommateurs, des constructeurs et, last but not least, de l'environnement.

Il est temps d'assainir l'atmosphère, aux sens propre et figuré.

Related

Rapport ACV de la Polestar 2

All in. En anglais, cette expression familière signifie « à fond », dans le sens d'un engagement total. Au poker, elle signifie « faire tapis » : tout parier avant de révéler ses cartes. Bien que nous penchions plutôt pour le premier sens lorsque nous caractérisons notre poursuite de la performance électrique durable, le second convient également. Il est temps de jouer cartes sur table, en commençant avec notre rapport d'ACV.

Polestar © 2020 Tous droits réservés
Changer de lieu:

Select your region

Europe

Asia-Pacific