Nouvelles

Un nouvel usage des plastiques

Le plastique aborde sa troisième ère.

Considéré à ses débuts comme un matériau révolutionnaire, le plastique avait tout d’une solution miracle. Aussi transparent et malléable que le verre, mais beaucoup moins fragile, le plastique a été employé dans une infinité d’applications.

Mais malgré sa nature recyclable, l’inadaptation des programmes de recyclage et la faible valeur résiduelle du plastique ont eu raison de son statut de produit miracle : la majorité du plastique usagé a fini dans des décharges. Et dans les océans. Au rythme de 8 millions de tonnes par an.

Pourtant, le plastique est peut-être en passe de se racheter une conduite. De nouvelles filières se créent pour valoriser le plastique usagé, au moyen de techniques novatrices et de solutions originales. D’ailleurs, nous en mettons quelques-unes en pratique.

La première technique est un tricotage 3D. Composé à 100 % de bouteilles de PET recyclées, ce textile tissé est déjà bien connu du monde de la mode et des chaussures. D’aspect supérieur à la vue et au toucher, il réduit le gaspillage ; quant au procédé de fabrication, il ne produit aucun déchet, car la matière peut se confectionner à la demande.

Le deuxième matériau est le nylon 6 recyclé, qui provient des filets de pêche usagés. Un réseau international de collecte fournit les filets. Ce plastique qui aurait fini rejeté en mer est ainsi récupéré via un approvisionnement auto-entretenu.

La troisième solution est le liège, de la même filière que les bouchons du secteur vinicole. Ce matériau, de même que les déchets du procédé de transformation du liège, forme une partie des éléments intérieurs en PVC.

Enfin, le quatrième est constitué des fibres de lin tissées du fabricant Bcomp, dont le matériau innovant powerRibs™ forme les panneaux des sièges arrière.

Aucun de ces matériaux n’est choisi au détriment du design ou de la qualité. « Au contraire, ils permettent des exécutions encore plus qualitatives, avant-gardistes, contemporaines et élégantes, au bénéfice du design de nos produits », rétorque Maximilian Missoni, directeur du design chez Polestar. « Nous avons pu tirer une nouvelle approche esthétique de ces contextes et technologies de nouvelle génération, dans une perspective de progrès durable de la société. »

Le plastique s’est donc réinventé plusieurs fois : du matériau miracle au fléau environnemental, il représente maintenant une nouvelle définition du premium pérenne. Dans sa troisième ère, le plastique s’est tracé une nouvelle voie, dans laquelle son incroyable durée de vie s’est transformée en atout.

Moins de plastique dans les océans. Davantage de premium dans les Polestar.

 

Considéré à une époque comme un matériau révolutionnaire, le plastique avait tout d'une solution miracle. Aussi transparent et malléable que le verre, mais beaucoup moins fragile, le plastique a été employé dans d'innombrables applications. 

Toutefois, bien qu'il soit recyclable, l'inadaptation des programmes de recyclage et sa faible valeur résiduelle ont eu pour résultat que la majeure partie du plastique usagé a fini en décharge et dans les océans au rythme de 8 millions de tonnes par an. 

Néanmoins, le plastique est en cours de réhabilitation. De nouvelles solutions de valorisation du plastique usagé au moyen de techniques novatrices et originales sont apparues, et nous utilisons déjà certains de ces produits.

Au premier rang de ceux-ci figure 3D-knit. Composé à 100 % de bouteilles de PET recyclées, ce textile tricoté est déjà bien connu de l'industrie de la mode et de la chaussure. Haut de gamme à l'œil et au toucher, il réduit le gaspillage, et son procédé de fabrication permet lui aussi d'éviter le gaspillage, car la confection peut être effectuée à la demande. 

Le deuxième matériau que nous utilisons est le nylon 6, matériau recyclé à partir de filets de pêche usagés. Un réseau international de collecte fournit les filets en question et assure ainsi la pérennité de l'approvisionnement de ce plastique qui, sans cela, aurait terminé en mer. 

Le liège et les bouchons du secteur vinicole constituent la troisième solution. Ces matériaux, ainsi que les déchets de la transformation du liège, forment une partie des éléments intérieurs en PVC. 

Enfin, le quatrième produit est constitué des fibres de lin tissées du fabricant Bcomp, dont le matériau innovant powerRibs™ forme les panneaux des sièges arrière. 

Aucun de ces matériaux n'est choisi au détriment du design ou de la qualité. « Au contraire, ils permettent des exécutions encore plus qualitatives, avant-gardistes, contemporaines et élégantes, au bénéfice du design de nos produits », explique Maximilian Missoni, directeur du design de Polestar. « Nous avons su tirer une nouvelle esthétique de ce nouveau contexte et de ces nouvelles technologies, dans une perspective de progrès de la société. » 

Le plastique s'est donc réinventé plusieurs fois : matériau miracle puis fléau environnemental, il représente désormais une nouvelle définition du haut de gamme durable. Dans cette troisième ère, le plastique s'est trouvé une nouvelle voie qui prolongera son incroyable durée de vie. 

Moins de plastique dans les océans, plus de luxe dans les Polestar.

Associé

Polestar et IONITY

Il est possible d'ajouter quelque chose en enlevant quelque chose.

Polestar © 2021 Tous droits réservés
Changer de lieu: