Pistes blanches et objectifs verts : comment Laax est devenue l'une des stations de ski les plus vertes de Suisse

Notre partenariat avec le groupe Weisse Arena, qui gère la station de ski de Laax dans les Alpes suisses, se poursuit pour une deuxième année consécutive. Nous avons rencontré le responsable du développement durable, Reto Fry, pour parler des objectifs écologiques et de la manière de préserver nos pistes enneigées face au changement climatique.

En effet, nous avons besoin de neige, mais en ce moment, c'est la neige qui a besoin de nous.
Reto Fry, responsable du développement durable, groupe Weisse Arena

Alors que le soleil tape sur les montagnes enneigées autour du glacier du Vorab, les amateurs de sports d'hiver se dirigent vers les pistes du domaine skiable de Laax, situées en Suisse à 3000 mètres d'altitude. Les sommets des montagnes sont givrés de blanc, mais dans la vallée, la neige a laissé place à un vert toujours plus présent.Il y a encore vingt ans, il était possible de faire du ski et de la planche à neige en été, sur le glacier du Vorab, mais maintenant la glace fond à un rythme inquiétant et le glacier pourrait disparaître d'ici les trente prochaines années. Reto Fry aborde, dans une approche pragmatique, la question de la baisse de l'enneigement : « Près des trois quarts de nos pistes se situent à plus de 2000 mètres et sont donc très enneigés. Mais, dans les années à venir, la situation va changer rapidement, explique-t-il. Dans dix ans environ, Fry prédit que la neige naturelle dépassera à peine la limite forestière, soit le bord de l'habitat où les arbres peuvent pousser.La durabilité comme priorité commercialeVu l'impact du changement climatique sur son activité, le groupe Weisse Arena fait de l'action climatique une priorité absolue de son modèle d'entreprise. « Ici, l'hiver est le pilier de notre existence. Nous n'avons pas d'autre choix que de fixer des objectifs climatiques ambitieux, souligne Fry, tout en expliquant les principes de Greenstyle, le programme de durabilité de Laax. « En effet, nous avons besoin de neige, mais en ce moment, c'est la neige qui a besoin de nous. »La réponse du groupe aux défis climatiques et à la perte de biodiversité dans la région est étayée par un programme de développement durable, nommé Greenstyle, entré en vigueur en 2010. Ce programme s'articule autour de l'énergie, de l'eau, des déchets, de la production et de la consommation alimentaires, et de la biodiversité afin d'atteindre la carboneutralité d'ici 2030 au plus tard.2

ski resorts in Switzerland

Investir dans le vertEn plus d'être une force positive pour le climat, le groupe Weisse Arena espère que le programme Greenstyle créera des emplois et de nouvelles perspectives pour les communautés environnantes. « Ici, les effets du réchauffement climatique sont clairement perceptibles. Mais, ce qui est aussi perceptible, ce sont les possibilités de production d'énergie qu'offre la nature en montagne. Cela nous motive davantage à développer les pratiques vertes, explique Fry avec enthousiasme. Le groupe estime que le stockage de l'énergie et l'efficience énergétique recèlent un énorme potentiel pour le secteur d'activité et vise à transformer la destination de ski, dépendante des combustibles fossiles, en véritable productrice d'énergie renouvelable pour la région. Cette transition devrait à son tour créer des emplois locaux, assurer l'indépendance du groupe en ce qui concerne les importations d'énergie et les fluctuations de prix, et même lui permettre de fournir de l'énergie à d'autres.Les panneaux solaires posés sur les toits de la station joueront également un rôle majeur à l'avenir. Il en sera de même pour la construction et la rénovation avec des matériaux et des systèmes de chauffage durables, avec l'utilisation de l'énergie photovoltaïque, hydraulique et éolienne, et avec le stockage de l'énergie et l'efficience énergétique. « Mais l'accent est mis sur l'efficience, explique Fry, parce que la meilleure énergie est celle qui n'est pas nécessaire en premier lieu. »L'impact sur la fauneL'impact sur la faune de la région est souvent négligé dans le tourisme et les habitants de la nature. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables, souligne Fry. Il est important que le tournant énergétique ne se fasse pas au détriment des autres espèces vivant dans la région. C'est pourquoi je suis un grand partisan des installations solaires sur les toits et les façades des bâtiments sans nuire à la nature et à ses habitants, explique-t-il. Il est de notre devoir de protéger la nature et la faune. »

Polestar 2 test drive rear view

Pionnier de la mobilité durableDepuis longtemps, la mobilité électrique fait partie intégrante du programme Greenstyle. Avec une infrastructure en expansion composée de plus de 50 bornes de recharge dans toute la région de Flims Laax et Falera, nous observons une augmentation considérable des voitures électriques sur les routes.C'est là qu'intervient Polestar. Dans le cadre du partenariat avec Laax, les voitures Polestar sont utilisées comme navettes électriques pour les livraisons de produits alimentaires et les services d'auto-partage dans la région. Les visiteurs et les résidants peuvent également louer une Polestar 2 sur place pour effectuer un essai routier dans des conditions hivernales ou sur les routes de montagne sinueuses.« Le partenariat avec le groupe Weisse Arena est la collaboration idéale, déclare Sascha Heiniger, directeur général de Polestar Suisse. Nous poursuivons tous les deux des objectifs climatiques très ambitieux et nous nous appliquons avec la même passion. De plus, nous voulons également placer le thème de la durabilité au cœur de nos clients, non pas comme une contrainte, mais comme une valeur ajoutée. À l'instar du groupe Weisse Arena, nous nous appuyons sur des technologies innovantes et des idées audacieuses. »Uber des montagnes – Les télécabines à la demandeRécemment, le groupe Weisse Arena a élargi le concept de mobilité durable pour y inclure les télécabines. FlemXpress est un moyen axé sur la demande, efficient en énergie qui permet d'explorer le paysage unique de Sardona, un haut lieu protégé par le patrimoine mondial de l'UNESCO.Les anciennes télécabines de la région seront remplacées par un nouveau système doté d'un câble en stations pour permettre le débarquement et l’embarquement des passagers, une première mondiale. Avec FlemXpress, les visiteurs pourront bientôt parcourir les montagnes à la demande en appelant une télécabine à la station de départ désignée. C'est presque comme appeler un Uber, mais pour les téléphériques.Comparé aux systèmes classiques où 90 % des cabines effectuent le trajet à vide, le nouveau système à la demande réduit les circuits inutiles et les besoins de maintenance. Selon les estimations du groupe, ce procédé devrait à son tour réduire la consommation d'énergie de 50 %. 

Polestar 2 in the Swiss alps.

Greenstyle cherche à inspirerReto Fry et son équipe ne sont pas les seuls à explorer les options plus écologiques. Selon Fry, depuis ces dernières années, les visiteurs et les résidents s'impliquent de plus en plus dans les questions de durabilité. Le programme Greenstyle met donc l'accent sur la communication ouverte. « Nous ne communiquons pas pour faire de l'écoblanchiment ou pour nous vanter de nos projets, mais pour donner à la durabilité l'espace qu'elle mérite, indique-il.En ouvrant la voie, le groupe Weisse Arena souhaite que le programme Greenstyle devienne un mouvement qui inspire les communautés, les touristes et les entreprises à faire partie de la solution climatique. Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous pourrons transformer ces destinations en espace de vie et profiter de nos loisirs en toute bonne conscience, conclut Fry, les yeux rivés vers les sommets enneigés du glacier Vorab.

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Au-delà de la route : Tanja Sotka

Bienvenue à notre troisième épisode « Au-delà de la route », une série dans laquelle nous soulignons les histoires des propriétaires de Polestar à travers le monde. Dans cet épisode, nous avons rencontré Tanja Sotka, agente immobilière, dans la région éloignée et sereine de la Laponie en Finlande. Ici, elle trouve tranquillité et raison d’être.