Guide détaillé d'une séance photo à Monza

Certains disent qu'une image vaut mille mots. Et celles-ci ne font pas exception. Ces photos ont vu le jour à la suite d'une aventure pleine de sueur, de cris et d'improvisations, soit tous les ingrédients d'une bonne histoire. Mais avant d'aborder les détails croustillants des trépieds fixés avec du ruban adhésif en toile et des assurances tous risques manquantes, nous devons déjà vous donner une idée du contexte.

White Polestar 2 with black stripe across the car driving on the Monza race track.

Étendu au milieu de denses forêts et de vastes prairies tel un géant endormi, l'Autodromo Nazionale di Monza (le circuit de Monza) est le plus ancien circuit automobile d'Europe continentale. Construit en 1922, il est peut-être davantage réputé pour être l'hôte du Grand Prix de Formule 1 italien. Dans cet amphithéâtre, les acteurs sont des moteurs vrombissants acclamés par les cris des spectateurs dans un décor parsemé de caoutchouc brûlé. Lorsque nous sommes arrivés le vendredi matin de bonne heure, le silence régnait et les voies de ravitaillement étaient vides. Le calme avant la tempête. Il parait que les Italiens ne font guère de différence entre les voitures, la mode, la nourriture, le soccer, l'art ou l'architecture. Elles font partie intégrante de leur culture. La marque Ferrari est sans doute la plus connue, et comme son fondateur, Enzo Ferrari, l'a une fois dit : « Demandez à un enfant de dessiner une voiture, il la coloriera certainement en rouge ». Pour certains, une voiture italienne se distingue par sa couleur et le bruit qu'elle émet. Cette idée contraste fortement avec celle que les gens ont de nos voitures. L'Italie étant notre nouveau marché, nous avons planté le drapeau Polestar sur la péninsule en forme de botte. Mais sommes-nous vraiment en terre inconnue?Le but de notre visite était autant pour les affaires que pour le plaisir. Pour la troisième année consécutive, le salon automobile international MIMO s'est déroulé sur le circuit emblématique. Réunissant plus de 50 exposants, c'est un véritable festival en l'honneur de l'excellence automobile du monde entier. Nous sommes venus en force pour présenter cinq de nos voitures. Comme c'était notre premier événement en Italie, nous avons saisi cette occasion pour découvrir ce que les Italiens pensent vraiment de notre gamme.Le directeur général de Polestar Italie, Alexander Lutz, a souligné l'importance de la participation à ce type d'événement : « Il n'existe pas de meilleur endroit qu'un circuit de course pour évaluer la performance d'un produit ». Même si la plupart des gens ne conduiront pas leur Polestar sur un circuit, le fait de savoir que vous pouvez est ce qui compte. « Tout comme vous enlevez votre montre Omega Speedmaster qui est étanche à 100 mètres de profondeur lorsque vous prenez votre douche, conduire une Polestar qui possède les caractéristiques d'une voiture de course pour vos déplacements quotidiens offre une expérience stimulante », s'est enthousiasmé Lutz.

Bird's-eye view of the parking lot at Monza showing colourful cars and people.

Cependant, comment se démarquer au milieu d'une marée rouge? Voici notre guide détaillé pour prendre une photographie parfaite sur un circuit de course. Avec une température s'élevant à plus de 30° Celsius et aucun nuage en vue dans le ciel, la surface du béton fondait dans le creuset (au sens propre comme au sens figuré). Et alors que le soleil se dirigeait vers sa position de midi, les moteurs bruyants et les spectateurs assoiffés dressaient le décor d'une version italienne de Mad Max. Une mise en scène idéale pour une séance photo improvisée. Leçon apprise : veillez à toujours être légèrement déshydraté et fatigué avant de faire une séance photo. C'est la première étape. La deuxième est de toujours prévoir le moins de temps possible pour vous préparer. Nous ne savions même pas que cela était possible le matin de la séance photo. C'est seulement plus tard dans la journée que nous avons compris que nous avions quelques minutes de libres dans les 40 minutes qui nous étaient allouées sur la piste. Nous ne nous en sommes rendu compte que quelques heures avant d'entrer sur le circuit de Monza. Cette étape du processus peut se définir par le nombre de choses qui doivent être accomplies avant de faire une séance photo et des tours de piste sur le circuit de Monza.Vous devez d'abord avoir une voiture-caméra à disposition. Ce véhicule devrait être de préférence une sorte de fourgonnette avec des portes arrière qui s'ouvrent en grand afin de rendre l'opération plus facile et plus sûre pour le photographe. Vous devez ensuite établir un plan qui détaille la manière dont les deux véhicules vont se suivre sur le circuit. Par exemple, il est nécessaire de laisser une distance plus grande entre la voiture-caméra et la voiture-modèle dans certains virages afin de capturer une prise de vue parfaite, tandis que pour obtenir un meilleur angle dans d'autres tournants, les véhicules doivent être rapprochés.Mais, nous avions un problème. Nous n'avions pas de fourgonnette. Ce dont nous disposions cependant, c'était d'une équipe d'improvisateurs avec de bonnes qualités de résolution de problèmes. Grâce à son coffre pouvant contenir un volume de 1 095 litres une fois les sièges rabaissés, une Polestar 2 obtint le rôle de voiture-caméra. Pour s'assurer que le hayon ne se refermerait pas une fois la voiture lancée à toute allure sur le circuit, une jambe de trépied fut utilisée pour le maintenir ouvert en la fixant avec du ruban adhésif en toile (ingénieux, non?). Et en ce qui concerne la préparation de la séance? Nous n'avions pas le temps de faire une réunion. Alors, les protagonistes de la séance se donnèrent une tape dans le dos en s'échangeant quelques mots encourageants pour se donner de l'assurance. Le moment tant attendu du spectacle était arrivé. Il nous restait environ 7 minutes du temps de piste alloué. Notre voiture-caméra improvisée et la nébuleuse Polestar 2 BST édition 230 se lancèrent dans la voie de ravitaillement. La première photo fut prise depuis les stands au-dessus de la piste. Comme nous n'avions qu'un photographe, il était déjà juché sur le poste de ravitaillement, attendant l'arrivée de la voiture. Une fois la prise idéale capturée, il descendit de son poste pour se rendre sur la voie de ravitaillement. Et par descendre, nous voulons dire dévaler trois étages et traverser un labyrinthe de couloirs.Il restait alors 5 minutes au compteur lorsque le photographe apparut sur la voie en courant de cette manière étrange que les gens ont lorsqu'ils portent des sacs d'équipement.Mais, avant de sauter dans la voiture, notre reporteur repéra une autre occasion de saisir un cliché magnifique de la voiture roulant sur le circuit emblématique de Monza. Son intuition a donné vie à des photos exceptionnelles, mais a également suscité quelques échanges animés et une légère élévation de la voix dans nos conversations par walkie-talkie. Une fois la prise capturée, notre photographe se jeta dans le coffre de la voiture, un peu comme le héros d'un film d'action. Nous étions enfin prêts à commencer. Comme nous disposions de moins de 3 minutes, les deux Polestar s'élancèrent sur le circuit. La BST édition 230 suivit de près la voiture-caméra tandis que notre caméraman roulait dans le coffre comme un sac d'épicerie qui n'aurait pas été sanglé. Au bout d'un tour, le drapeau rouge s'éleva et les voitures rentrèrent dans la voie de ravitaillement. Ce qui prend généralement plusieurs jours de travail fut bouclé en quatre minutes. Résultat final :

01/05

Point à la ligne. Nous avons passé au total trois jours entiers sur l'Autodromo Nazionale di Monza, où nous avons eu le privilège d'être les témoins de l'amour des Italiens pour les voitures tout en saisissant l'occasion de mettre en avant notre vision de l'avenir de la mobilité électrique. Une petite avancée pour Polestar, mais un grand pas en avant vers l'avenir.

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Au-delà de la route : Tanja Sotka

Bienvenue à notre troisième épisode « Au-delà de la route », une série dans laquelle nous soulignons les histoires des propriétaires de Polestar à travers le monde. Dans cet épisode, nous avons rencontré Tanja Sotka, agente immobilière, dans la région éloignée et sereine de la Laponie en Finlande. Ici, elle trouve tranquillité et raison d’être.