Vivre avec une Polestar : un aller-retour en Corse

Lorsqu’on entend parler des VE, il est souvent question du manque d’autonomie, des effets cachés sur l’environnement et des coûts associés élevés. Mais conduire une voiture électrique n’est pas aussi compliqué que vous pourriez le croire. Pour vous le prouver, nous avons pensé qu’il était mieux de laisser l’un de nos clients vous raconter son histoire.

Man and two kids standing next to a black Polestar 2 with an open tailgate.

Par un jeudi après-midi frisquet, juste aux abords du centre de Göteborg, nous avons rencontré Frans, propriétaire d’une Polestar, et ses deux fils. Dans notre quête pour en apprendre davantage sur la vie avec une Polestar, nous l’avons interrogé sur plusieurs sujets; de la recharge à l’expérience de conduite électrique.Frans, père de trois enfants, est né et a grandi à Göteborg et est dirige sa propre compagnie de menuiserie. Dans sa jeunesse, Frans conduisait une Passat Kombi 1996 avec le logo Aston Martin peinturé sur l’aile. Plusieurs années se sont écoulées depuis, et il conduit maintenant une Polestar 2. Lorsque nous lui avons demandé pourquoi il a opté pour l’électrique, Frans a nommé quelques raisons. « La raison principale est environnementale, bien entendu » a-t-il commencé, « mais la conduite électrique est aussi simplement fantastique ». Lorsque Frans a reçu sa Polestar 2, il a d’abord été confronté à des réactions mitigées. Les gens de son entourage ont souligné l’idée que les VE ne sont pas aussi écologiques que l’on peut penser et que la recharge causerait des ennuis. « Mon argument est que si vous devez acheter une nouvelle voiture, il est en effet beaucoup mieux d’acheter une voiture électrique qu’une au diesel », remarque Frans. Frans ne comprenait pas non plus l’argument économique, tandis qu’il nous montrait qu’il a économisé de l’argent en migrant vers l’électrique. « Si je conduisais une voiture au diesel, j’aurais dépensé près de 40 000 SEK l’année dernière, ce qui est le double de ce que je dépense en ce moment », dit-il. Nos recherches ont montré que conduire une voiture électrique est mieux tant pour l’environnement que pour vos dépenses personnelles. Et Frans n’est qu’un des nombreux exemples.

Bien que certains avaient toujours des doutes, Frans nous a confié qu’il n’avait jamais possédé de voiture qui faisait autant l’objet de curiosité auprès de ses amis; qui voulaient l’emprunter pour l’essayer. « Même si l’on peut seulement conduire jusqu’à 90 km/h, c’est quand même très rapide », Frans déclare-t-il en souriant.

L’année dernière, Frans a conduit sa Polestar de Göteborg jusqu’en Corse, pour ensuite revenir à Göteborg. Avec toute sa famille dans la voiture, il a conduit à travers l’Europe tout en faisant plusieurs arrêts en chemin, Si cela prouve une chose, c’est que conduire une voiture électrique ne limite pas ce que vous pouvez faire avec celle-ci.

Sur le chemin du retour, entre la Corse et Göteborg, il a dû s’arrêter dix fois pour recharger sa voiture. Avec ses enfants dans la voiture, Frans a trouvé que le voyage s’est bien déroulé, « on conduit deux heures et demie, puis l’on recharge pendant une demi-heure, » commence-t-il, « pour une famille avec des enfants, c’est plutôt agréable, puisque les enfants peuvent se dégourdirent les jambes et vous pouvez les éloigner de leurs écrans pendant un moment ».

Pendant l’attente du traversier vers la Corse dans une chaleur de 38 degrés Celsius, aucune voiture n’avait le droit de faire fonctionner son moteur. Par conséquent, plusieurs personnes étaient prises dans la chaleur sans air climatisé. Ce n’était pourtant pas le cas de Frans et sa famille, puisque leur voiture n’a pas de moteur à arrêter. « Nous avons définitivement fait tourner quelques têtes lorsque les gens nous voyaient relaxer à l’intérieur de notre voiture parfaitement climatisée », Frans se rappelle en riant.

Bien que Frans décrit ce voyage comme un grand succès, il voit quelques points pouvant être améliorés. Plus précisément, il a remarqué que les infrastructures pour la recharge sont encore à la traîne. À maintes reprises, il a dû s’arrêter pour recharger sa voiture bien que celle-ci avait encore amplement d’autonomie, simplement parce que la prochaine borne de recharge était trop loin. « S’il y avait deux fois plus d’emplacements de recharge, j’aurais pu conduire jusqu’à ce que ma batterie soit presque à plat avant de faire un arrêt pour la recharger », remarque-t-il.

Néanmoins, Frans souligne le fait que ce sont des problèmes qu’ils ne rencontrent jamais dans son quotidien. Il charge sa voiture à la maison et n’a donc jamais de problèmes avec la possibilité que sa voiture soit à court d’autonomie. Que ce soit pour aller au travail, conduire les enfants à leur entraînement de soccer ou aller en forêt pour une marche d’après-midi, il ne se préoccupe jamais de la charge de sa batterie. « C’est génial de toujours avoir une voiture pleinement chargée », dit Frans avec enthousiasme. Nous avions préparé des questions à propos de l’anxiété liée à l’autonomie, mais Frans n’en souffre simplement pas. « Je pense qu’il est possible d’en avoir au début, mais on réalise rapidement que si l’on recharge sa voiture pendant la nuit, on sera toujours capable de conduire là où l’on doit aller », déclare-t-il.

La distance moyenne de conduite dans l’UE est de 32,9 km par jour. Essentiellement, ce que Frans démontre, c’est que vos déplacements quotidiens sont loin de totaliser 400 km. Et lorsqu’ils s’en rapprochent, un peu de planification et de détermination peuvent vous permettre de faire un aller-retour en Corse.

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Au-delà de la route : Tanja Sotka

Bienvenue à notre troisième épisode « Au-delà de la route », une série dans laquelle nous soulignons les histoires des propriétaires de Polestar à travers le monde. Dans cet épisode, nous avons rencontré Tanja Sotka, agente immobilière, dans la région éloignée et sereine de la Laponie en Finlande. Ici, elle trouve tranquillité et raison d’être.