Retour à Aperçu

Dépolluons le débat... et l'atmosphère

Les véhicules électriques (VE) ont toujours été présentés comme étant « propres ». Nous avons une part de responsabilité. À certains égards, c’est indéniable. Dans une voiture moyenne, le moteur à combustion interne (MCI) émet 4,6 tonnes métriques de dioxyde de carbone par an. Le VE moyen en émet 0. Difficile de débattre sur ce point.

Et bien que ce point soit significatif, ce n’est qu’une seul aspect dans la mosaïque de la mobilité. Si, par exemple, l’électricité qui recharge un véhicule électrique n’est pas propre, son empreinte carbone sera plus élevée. Les émissions n'ont pas été éliminées, simplement déplacées du véhicule vers le propulseur. C'est un tour de passe-passe polluant sans aucun vainqueur à la clé.

La pandémie mondiale a bouleversé le monde que nous connaissons, notamment avec une réduction des déplacements et donc une réduction de la pollution atmosphérique. Un ciel exceptionnellement dégagé sur la planète permet de prendre conscience de la nécessité de lutter sérieusement contre les émissions, et s'impose comme un argument de poids pour les VE. À présent, les consommateurs comprennent l’utilité de l’électricité.

Mais ils sont aussi hésitants, et à juste titre. Dans le contexte de l''écoblanchiment mentionné précédemment, beaucoup pensent que le MCI ou le VE entraînent trop de CO2. Le scandale des émissions (Dieselgate) a ébranlé la confiance des consommateurs envers les constructeurs automobiles. « Les familles ont acheté des voitures diesel parce qu’elles voulaient aider à protéger l’environnement », explique Thomas Ingenlath, PDG de Polestar, dans un récent éditorial. « Cela n’a été que mensonge ».

Ce qu’il faut maintenant, c’est une transparence totale. Il faut faire preuve d’honnêteté à l’égard des progrès et des revers. Il faut une ouverture sur l’impact environnemental réel des VE et sur les réalités de la fabrication et des chaînes d’approvisionnement en question. Il faut également une clarté quant à la façon dont ces problèmes sont traités.

Nous expliquerons bientôt les mesures que nous prenons pour répondre à ces préoccupations. Nous espérons voir la même approche de nos contemporains. C'est dans l'intérêt de tous : consommateurs, constructeurs et, enfin et surtout, l'environnement.

Il est temps de dépolluer l'atmosphère, au propre comme au figuré.

Connexe

Rapport sur l'ACV de la Polestar 2

Le tout pour le tout. Une expression idiomatique signifiant que l'engagement pour une cause est total. Il existe d'autres variantes : miser, risquer ou oser le tout pour le tout qui signifie aussi s'engager pleinement même si le résultat se solde par un échec ou un succès. Bien que nous privilégiions la première signification pour faire référence à notre quête de performance électrique durable, la seconde s'applique aussi. Il est temps d'oser. À commencer par notre rapport sur l’ACV.

Polestar © 2020 Tous droits réservés
Changer de lieu:

Select your region

Europe

Asia-Pacific