Cinq questions pour Arlena Amiri

Arlena Amiri, responsable des opérations Polestar 0, nous explique la manière dont elle transforme une vision globale en objectifs concrets. Et pourquoi le fait de rester en marge d'une révolution écoresponsable est désormais « has-been ».

Arlena Amiri standing in front of a glass building.

Vous avez récemment été nommée responsable des opérations Polestar 0. Félicitations! Parlez-nous de ce nouveau poste.Après avoir lancé le service d'ingénierie avancée et insufflé un rythme de croisière aux opérations avec l'aide de nos spécialistes et dirigeants exceptionnels, j'ai accepté une mission similaire avec le projet Polestar 0. À ce nouveau poste, j'ai comme ambition de créer les conditions nécessaires pour permettre à nos leaders de la recherche et à nos partenaires de concevoir une voiture carboneutre d'ici 2030. En termes simples, ceci signifie éliminer toutes les émissions de tous les aspects de la production.Pour moi, c'est un projet d'ingénierie de A à Z. Cela nécessite de cartographier toutes les étapes du processus, d'identifier les émissions, de comprendre les défis, de remettre en questions les habitudes et les prétendues vérités, ainsi que de trouver d'autres solutions pour éliminer les émissions. Il s'agit de comprendre le cœur du problème, d'adopter une approche créative et de simuler des hypothèses différentes afin de trouver des procédés qui, nous le savons, existent déjà dans le monde.Du point de vue de la diversité et de l'inclusion, ce projet nécessite une ouverture d'esprit, de l'humilité et de la détermination. Pour réussir, la clé sera une collaboration intersectorielle et interdisciplinaire, ainsi que des partenaires dévoués, résolus et partageant le même esprit. Quelle est la réalité de votre travail par rapport à ce que les gens pensent que vous faites?En quoi consiste l'ingénierie avancée? Qu'est-ce que l'innovation? Que signifie 0 GES? Et comment le calculez-vous? Voici les questions qui me sont souvent posées. Certains peuvent penser qu'il s'agit principalement d'ateliers, de présentations, d'élaborations de stratégies et de réflexions sur l'avenir. Ce qui est en partie vrai. Mais c'est bien plus que cela. Nous devons mettre en place un environnement dans lequel la créativité a libre cours. Personnellement, je suis une personne très terre à terre et orientée sur les résultats. Pour moi, il a toujours été important de décomposer la « vision globale » en jalons et objectifs concrets, et en définissant des catégories précises avec la méthode du QQOQCCP (quoi, qui, où, quand, comment, combien, pourquoi). Je suis fermement convaincue qu'il faut avoir une vision claire. Mais au-delà de cela, je crois qu'il est important de matérialiser des innovations dès que nous disposons d'améliorations exploitables. Je suis encouragée par l'honnêteté, le sentiment d'urgence et la détermination qui ressortent du projet Polestar 0 pour créer une différence, sans perdre de temps en compromis et en excuses.Sur quoi travaillez-vous présentement avec l'équipe de la Polestar 0?À l'heure actuelle, le projet est dans une phase de recherche intense. Ensemble, avec nos leaders de la recherche et nos partenaires, nous explorons des solutions potentielles pour éliminer des émissions qui ont été identifiées sur les chaînes de production de nos partenaires.Nous n'avons pas de fournisseurs dans le projet Polestar 0. Nous avons des partenaires. Il est important de souligner cette distinction, car elle met en valeur les efforts collaboratifs déployés dans le but d'éliminer les émissions du berceau à la tombe*. Par ailleurs, nous travaillons en permanence avec des spécialistes de plusieurs disciplines pour réaliser des analyses d'écart afin de veiller à avoir les bons domaines d'intérêt et les partenariats appropriés. Nous n'avons aucun temps à perdre. Il faut donc de la concentration et de la discipline.Que s'est-il produit ou quels ont été les changement dans votre domaine de travail au cours des 10 dernières années?Comme beaucoup d'autres, j'ai commencé mon parcours en ingénierie à l'époque de la technologie de combustion. Je considère cette expérience très précieuse pour cette transition vers l'ère électrique. Nous devons comprendre notre passé si nous voulons évoluer dans un avenir entièrement électrique et climatiquement neutre. Il n'y a pas si longtemps, j'analysais des fissures de pistons, j'étais impressionnée par les technologies des turbocompresseurs et je calculais le couple et la vitesse afin de déterminer la taille de moteur qui conviendrait à un cycle de conduite particulier. Et j'accomplissais toutes ces tâches en vue d'optimiser l'efficacité du carburant et de limiter l'empreinte carbone. Dans des moments de transition comme celui-ci, nous connaissons des frictions. Toutefois, les frictions sont généralement une réaction naturelle lorsque des changements se produisent.Qu'est-ce qui vous rend optimiste quant à l'avenir?Au cours des dernières décennies, l'innovation a démontré la force de l'humanité lorsque nous joignons nos efforts pour le bien de la planète. Et aujourd'hui, quand j'observe l'engagement vigoureux de nos partenaires dans le projet Polestar 0, je suis convaincue que nous pouvons, ensemble, déplacer des montagnes. Malcom X a une fois dit : « Si ce n'est pas maintenant, alors quand? Si ce n'est pas moi, alors qui? » Et je pense que cela résume le tout plutôt bien. Le monde est arrivé à un stade où ce n'est plus bien vu de demeurer en retrait et d'attendre des jours meilleurs. Nous devons tous passer à l'action et paver la voie vers un avenir climatiquement neutre. * Le bilan du berceau à la tombe est une analyse qui prend en compte les effets à chaque phase du cycle de vie d'un produit, du moment où les ressources naturelles sont extraites du sol et traitées (le berceau) à toutes les étapes subséquentes de fabrication, transport, utilisation du produit, recyclage, et finalement d'élimination ou de valorisation (la tombe).

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Au-delà de la route : Tanja Sotka

Bienvenue à notre troisième épisode « Au-delà de la route », une série dans laquelle nous soulignons les histoires des propriétaires de Polestar à travers le monde. Dans cet épisode, nous avons rencontré Tanja Sotka, agente immobilière, dans la région éloignée et sereine de la Laponie en Finlande. Ici, elle trouve tranquillité et raison d’être.