Nouvelles

Comment calculer une émotion

Joakim Rydholm et l'ADN de Polestar

En théorie, il est possible de concevoir une voiture virtuelle qui serait parfaite. Il suffit de fournir des nombres à un ordinateur pour qu'il exécute des calculs. Mais nous ne concevons pas nos voitures pour des clients virtuels. Nous construisons des voitures pour des clients réels.

La presse l'a décrit à la blague comme étant « le père de la Polestar 1 ». Il ne revendique pas lui-même le titre, mais il a joué un rôle très important dans le développement de la voiture. Joakim Rydholm est une figure très connue dans l'industrie. Certains d'entre vous l'ont peut-être vu sur des pistes de course avec son casque, faisant l'essai de la Polestar 1 ou de la Polestar 2, pour trouver les meilleurs réglages et peaufiner l'expérience de conduite. En tant qu'ingénieur d'essais en chef, il joue un rôle important dans le développement de l'ADN de Polestar. Toutefois, Joakim ne manque pas de souligner qu'il s'agit d'un travail d'équipe.
 
« Concevoir une voiture est un processus très complexe et il est certain que personne ne peut y arriver seul. C'est un effort collectif énorme et une de mes principales responsabilités est de veiller à la cohésion de l'équipe. Je m'assure que la communication est bonne pour que nous puissions prendre des décisions éclairées. Évidemment, on me donne beaucoup d'opinions différentes - c'est là que je dois intervenir et décider quelle direction nous allons prendre, car c'est moi qui ai le dernier mot. Au final, nous arrivons toujours à une décision que tout le monde peut approuver et endosser en tant qu'équipe. C'est très important », affirme Joakim.

Joakim estime qu'il passe 60 % de son temps à faire l'essai des voitures. Une voiture est un objet tout ce qu'il y de plus concret. On pourrait donc penser que le processus de conception est assez méthodique et rationnel. Joakim soutient, cependant, que c'est la recherche de la bonne sensation de conduite qui compte, même si on peut mesurer et calculer beaucoup de choses dans l'espoir de concevoir la voiture « parfaite ». 

« En théorie, il est possible de concevoir une voiture virtuelle qui serait parfaite. Il suffit de fournir des nombres à un ordinateur pour qu'il exécute des calculs. Mais nous ne concevons pas nos voitures pour des clients virtuels. Nous construisons des voitures pour des clients réels. Et les gens ont une ouïe trop fine pour être remplacée par une mesure quelconque. Les gens ont aussi des mains qui, sur le volant, peuvent percevoir les petites vibrations qui donnent de l'information sur la route. Nous faisons toutes ces choses inconsciemment, mais elles ont une influence sur la façon dont nous conduisons et l'expérience que nous vivons derrière le volant. C'est impossible d'en tenir compte dans une simulation. Chez Polestar, nous croyons qu'il est impossible de concevoir une voiture de qualité sans passer beaucoup de temps à la conduire. C'est pourquoi j'ai passé trois ans dans la Polestar 1 ».

Joakim se réjouit que les premières voitures sortent de la chaîne de montage, car les gens pourront admirer le travail acharné des équipes ayant participé à leur conception.

« L'expérience Polestar ne peut pas être décrite avec des mots. Il faut la vivre », conclut Joakim. 

Connexe

Esprits apparentés : Circulor

Circulor est une entreprise qui s'appuie sur la technologie de la chaîne de blocs pour tracer les matériaux et pour aider les entreprises à mettre en place des chaînes d'approvisionnement plus durables et transparentes. Nous avons discuté avec le PDG et co-fondateur Doug Johnson-Poensgen au sujet de la traçabilité en tant que service, mais aussi à propos d'un approvisionnement responsable et du rapport d'analyse du cycle de vie (ACV) récemment publié par Polestar.

Polestar © 2021 Tous droits réservés
Changer de lieu: