L'art dans un monde écodurable

L'écodurablilité. C'est plus qu'un simple mot à la mode. C'est devenu un cri de ralliement dans notre monde moderne. L'écodurabilité est un mouvement qui continue de se définir, mais que l'on considère comme étant la solution à la crise climatique. Les industries, les individus et les projets sont maintenant évalués en fonction de leur impact sur l'environnement, qu'il s'agisse d'art ou d'automobile.

L'artiste néerlandais Thijs Biersteker est un créateur engagé qui conçoit des œuvres avec des matériaux écodurables. Ses œuvres sont interactives pour créer un lien émotif entre l'art et son public, mais aussi pour symboliser que chacun de nous a le pouvoir de faire évoluer les mentalités. La plus récente installation de Biersteker, intitulée We Harvest Wind, est issue d'une collaboration avec Polestar. Elle a été réalisée avec des composites de lin biosourcés et des impressions 3D faits à partir de plastique recyclé. Ce sont nos équipes de RD et de développement durable qui ont fourni les composites à l'artiste, tandis que The New Rawa produit les impressions 3D.

Fondé par les architectes Panos Sakkas et Foteini Setaki, The New Raw est un studio de design et un atelier d'impression 3D. On y « façonne des déchets de plastique avec des robots », c'est-à-dire qu'on y produit des objets d'art à partir de plastique recyclé exclusivement. The New Raw redéfinit ainsi l'un des matériaux industriels les plus couramment employés dans le monde.

« Nous travaillons surtout sur des projets précis », explique Sakkas depuis l'espace interdisciplinaire De Kroon (la couronne en néerlandais), une ancienne usine d'électronique reconvertie où The New Raw a élu domicile, « Nous sommes spécialisés et nous ne produisons rien à grande échelle. »

01/02

3d printing the recycled-plastic blades of We Harvest Wind.

L'entreprise emploie des équipes multidisciplinaires dans ses installations néerlandaises ainsi que dans son atelier en Grèce. Elles sont composées de concepteurs, d'architectes, de spécialistes en matériaux et d'autres experts. Ceux-ci réutilisent le plastique provenant, entre autres, d'appareils électroniques ainsi que des industries de la construction, du transport et de la pêche. Avec ce plastique, l'entreprise réalise plusieurs mandats comme du mobilier extérieur en bord de mer ou la valorisation des déchets océaniques. The New Raw trouve des débouchés écodurables pour le plastique, mais se préoccupe tout autant de design et d'esthétisme.

Biersteker était le premier artiste avec lequel l'entreprise collaborait. Ce fut une collaboration très étroite étant donné la nature de l'installation artistique et la proximité du Woven Studio, le studio de Biersteker à Zaandam.

« Il n'y avait que des défis », dit Joskes Sakkas à la blague quand on lui pose des questions sur la création de l’œuvre. Chaque lame a pris six heures à imprimer, et leur structure était plutôt instable à cause de leur taille, de leur géométrie et de leur minceur. Malgré tout, l'équipe a pu fabriquer les lames telles que Biersteker les avait imaginées. Le résultat : une œuvre qui symbolise la nécessité de recourir à des sources d'énergie renouvelable et, en même temps, le pouvoir qu'a chacun de nous de favoriser ce changement.

Nous ne vivons pas encore dans un monde écodurable. Mais penser aux conséquences des gestes que nous posons dans tous les domaines, que ce soit l'art ou l'automobile, favorisera l'avènement de ce monde.

Connexe

Tanja Sotka approaching her Polestar 2.

Au-delà de la route : Tanja Sotka

Bienvenue à notre troisième épisode « Au-delà de la route », une série dans laquelle nous soulignons les histoires des propriétaires de Polestar à travers le monde. Dans cet épisode, nous avons rencontré Tanja Sotka, agente immobilière, dans la région éloignée et sereine de la Laponie en Finlande. Ici, elle trouve tranquillité et raison d’être.